Un repas de famille

Voir le film

5 étapes vers le rétablissement

Les 5 étapes vers le rétablissement

Le cheminement n’est pas linéaire et la notion du temps, du rythme, appartient à chaque malade. L’essentiel est que le malade s’engage dans le processus et essaie de s’y tenir. La progression peut connaître des hauts et des bas, des moments de flottement. Plus l’engagement et précoce, meilleure seront les chances de réussite. Actuellement, les 5 étapes du rétablissement identifiées (Andresen, 2003) portent les noms suivants et sont décrites dans ce qui suit (Favrod et Maire, 2012):

1. Moratoire

Caractéristiques:
Un temps de retrait marqué par un profond sentiment de perte et de désespoir.

    A ce stade, il faut viser:

  • l’engagement dans la relation et les soins;
  • la normalisation des symptômes psychotiques;
  • le suivi intensif dans le milieu (soins ambulatoires).

A cette étape, l’entourage et les soignants doivent comprendre que lorsque la personne refuse des soins, c’est qu’elle refuse d’abord d’être malade. L’essentiel consiste alors à l’aider à reprendre espoir, à diminuer la détresse, à résoudre les problèmes concrets liés à l’apparition des troubles et à encourager la personne à s’engager avec confiance dans un traitement.

Les équipes mobiles et celles d’intervention précoce jouent un rôle important au cours en allant à la rencontre des personnes et de leur famille dans leur environnement.

2. Conscience

Caractéristiques:
Réaliser que tout n’est pas perdu et qu’une vie enrichissante est possible, le sentiment personnel de pouvoir agir.

    À cette étape, il est nécessaire d’introduire:

  • la psychoéducation individuelle et/ou familiale centrée sur le rétablissement;
  • le traitement des comorbidités;
  • un nouvel espoir de vie.

Pour les personnes malades, comme pour leur entourage, retrouver l’envie de s’engager dans l’existence, c’est le premier grand pas vers le rétablissement.

3. Préparation

Caractéristiques:
Etablir un bilan des forces et des faiblesses, et analyser le début des efforts d’acquisition des compétences pour y arriver.

    Dès lors, on peut mettre en place:

  • une thérapie cognitive et comportementale des symptômes psychotiques;
  • la remédiation cognitive;
  • l’entraînement des habiletés sociales dans le domaine de la vie domestique, des loisirs, des relations sociales et sentimentales.

La maladie déforme la perception du monde et induit de fausses perceptions. Pour soulager angoisse, détresse, symptômes handicapants, un traitement médicamenteux fait le plus souvent partie de l’aide qui doit être apportée. Généralement, cette aide est possible grâce à la relation de confiance établie avec les équipes du domaine des soins et du domaine du social.

4. Reconstruction

Caractéristiques:
Effectuer un travail actif pour établir une identité positive, des objectifs significatifs, et reprendre sa vie en main.

    Les progrès sont significatifs et, pour le malade, il est possible de chercher avec le soutien des équipe et de son entourage:

  • du soutien à l’emploi ou à la formation;
  • des emplois transitionnels, stages professionnels;
  • un engagement dans de nouveaux rôles sociaux et de nouvelles activités.

À ce stade du processus, il s’agit de continuer à consolider l’autonomie et l’autodétermination acquises tout au long des années.

5. Croissance

Caractéristiques:
Mener une vie encore plus autonome, marquée par l’autogestion de la maladie, la résilience et une image de soi positive.

La confiance est retrouvée. Il n’y a pas d’intervention spécifique, mais tous les acteurs doivent rester vigilant.

Au travers des différentes étapes, les patients ont découvert qu’une partie d’eux- mêmes est restée intacte malgré les souffrances occasionnées par la maladie. Ils reprennent confiance en eux et en leurs capacités, même si les symptômes
persistent. Ils s’accrochent aux défis qu’ils se sont lancés et continuent de prendre leur vie en main. Ils se sentent plus à l’aise en société et prennent part, de manière spontanée, à divers projets qui leur donnent une raison d’être en les inscrivant dans un rôle social déterminé.