Causes et sympômes

Si les premiers symptômes de la schizophrénie rappellent fortement ceux d’un état dépressif et de l’adolescence (ce qui n’aide pas à déceler rapidement la maladie), ils évoluent et se caractérisent par des symptômes qui lui sont propres. 💡 Positifs (ou productifs) : ils rassemblent les délires et les hallucinations et peuvent se traduire en un sentiment de persécution (paranoïa), des idées délirantes invraisemblables et bizzares, ou encore des hallucinations le plus souvent auditives (le sujet entend des voix) mais aussi sensorielles, olfactives, tactiles, gustatives ou visuelles. 💡 Négatifs (ou déficitaires) : ils correspondent à un appauvrissement affectif et émotionnel. Le patient se met en retrait et s’isole progressivement de son cercle familial, amical et social. Il communique moins, présente une volonté limitée et manifeste une émotivité réduite. Il présente moins d’intérêt et de volonté et davantage d’apathie, ce qui peut ressembler à une dépression. 💡 Cognitifs : correspondent à une désorganisation de la pensée, des paroles, des émotions et des comportements corporels. La cohérence et la logique du discours et des pensées sont perturbées. Le patient est moins attentif, présente des difficultés à se concentrer, mémoriser, comprendre ou se faire comprendre. Il peut avoir des difficultés à planifier des tâches simples comme faire son travail ou des courses, ce qui peut être source d’un handicap majeur dans la vie quotidienne. En pratique la schizophrénie diffère d’un patient à un autre, selon la nature et la sévérité des différents symptômes qu’il présente. Il est d’ailleurs plus juste de parler de schizophrénies au pluriel car une seule appellation couvre des maladies différentes.

Plusieurs de ces symptômes ne sont présents que par périodes, dans les phases de crise notamment. Surtout, chaque malade présente ces symptômes de manière un peu différente

Plusieurs de ces symptômes ne sont présents que par périodes, dans les phases de crise notamment. Surtout, chaque malade présente ces symptômes de manière un peu différente

Les causes

L’apparition de la schizophrénie dépend de multiples factures, à la fois génétiques et liées à l’environnement. Les causes génétiques (à ne pas confondre avec héréditaire) provoquent des anomalies, un dérèglement chimique et fonctionnel du cerveau. Les causes environnementales principales pouvant déclencher la maladie sont, par exemple, les circonstances de la vie provoquant de fortes émotions. En raison de sa nature et de sa vulnérabilité, la personne ne parvient pas à les gérer et surviennent alors les premières manifestations des troubles.

 

Comme importants facteurs déclenchants, on connaît:

  • les événements heureux ou malheureux (mariage, naissance, déménagement, séparation, décès, etc.);
  • le stress répété et mal géré (au travail, dans la famille, à l’école, pendant les études, etc.);
  • les tensions fortes vécues au quotidien dans son environnement;
  • la consommation de substances (parfois en quantité élevée et combinées entre elles).